ESHET Conference (Lille, 23-25Mai 2019)

La Conférence internationale de la Société Européenne de l’Histoire de la Pensée Economique (ESHET) a eu lieu à Lille du 23  au  25 mai 2019. En lien avec l’ANR, une session sur l’utopie bancaire a été proposée par Nicolas Barbaroux (GATE Lyon Saint-Etienne, ANR Saint-Simonisme), sur le thème des “utopies bancaires”. Dans cette session, la place du saint-simonisme à son époque, mais aussi dans sa portée au XXIème siècle a été traitée et discutée avec les trois interventions ci-dessous :

Banking systems 4: Utopias
Chairperson: Erreygers Guido, University
of Antwerp
Location: Amphi Louise Michel (1st floor,
1.16)

– “A Decentralized Banking System: the 21st Century Utopia?”
Barbaroux Nicolas, Lutz Adrien
Presenter: Barbaroux Nicolas, GATE L-SE- Uiversity of Saint-Etienne
Discussant: McPhail Edward, Dickinson College

– “The Banking Utopia from Economists”
Coste Clément, Barbaroux Nicolas
Presenter: Coste Clément, Sciences Po Lyon
Discussant: Nersisyan Yeva, Franklin and Marshall College

– “A 19th century banking utopia: Prosper Enfantin’s “intellectual credit” project”
Bellet Michel, Thierry Demals and Alexandra Hyard
Presenter: Bellet Michel, GATE L-SE, University of Saint-Etienne and Université of Lille.
Discussant: Ludovic Frobert, CNRS/ENS-Lyon

“Y’a-t-il une économie politique républicaine ?” (Lille, 14 novembre 2018)

Au nom de l’ANR, Michel Bellet a fait une intervention sur le saint-simonisme et la république dans la journée d’étude du 14 novembre 2018 :

“Y’a-t-il une économie politique républicaine ?” Projet émergent de la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, MESHS Nord de France, 2 rue des canonniers, Lille.

Voir le programme complet de la journée d’étude ci-joint:

Séminaire “Encyclopédie nouvelle” – Tables des articles

Nous regroupons ici les diverses tables des articles de l’Encyclopédie dont nous disposons, soit celles des tomes 1, 2, 3 et 8. Nous avons également, grâce aux recherches effectuées par Kate Tunstall pour son travail sur l’entrée “Diderot”, une table des articles partielle du tome 4, comprise dans une édition de la “Réfutation de l’éclectisme” de Leroux.

Troisième séance du séminaire “encyclopédie nouvelle” (Maison française d’oxford, 22 mars 2019)

La troisième séance du séminaire s’est déroulée à la Maison Française d’Oxford le 22 mars 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Turks » et « Ottomans » (Charles Emmanuel et auteur inconnu) par Ragip Ege, « Diderot » (Victor Louis Joguet) par Kate Tunstall et « Bazard (Saint-Amand) » (Jean Reynaud et Ulysse Trélat) par Michel Bellet.

Articles et présentations

Discussion et bilan : des multiples cibles de l’Encyclopédie

La dimension idéologique du corpus est apparue clairement au cours de cette séance, laquelle a permis de révéler une profonde influence des directeurs (tout particulièrement Jean Reynaud) sur les articles de leurs collaborateurs. Notons tout d’abord que l’entrée biographique « Bazard (Saint-Amand) », que Reynaud co-rédigea avec Ulysse Trélat, porte toute entière l’empreinte de ses idées personnelles : bien que les tâches aient été clairement délimitées (Trélat retraçant le parcours républicain et carbonariste de Bazard en première partie, Reynaud se chargeant de ses années saint-simoniennes en seconde), l’ensemble du texte est porteur d’un jugement unique, dont on ne saurait trouver trace dans les autres écrits de Trélat. Ce jugement se révèle remarquablement négatif, puisque Reynaud condamne l’ensemble de l’œuvre de son ancien « Père » saint-simonien en le désignant comme « l’homme de l’erreur » par excellence et en égrenant les causes de ses échecs. Dans cet impitoyable règlement de comptes, c’est bien sûr la ligne de l’Encyclopédie concernant l’héritage du saint-simonisme (et l’élaboration d’un nouveau républicanisme) qui est en jeu. S’il reste à déterminer les parts respectives de l’idéologie et de l’ego (Reynaud entend-il effacer la mémoire du saint-simonisme républicain représenté par Bazard, ou ne s’en prend-il à son ancien mentor que pour mieux s’emparer de ses idées et les revendiquer siennes ?), cette entrée se révèle remarquable par sa véhémence, et contribua à occulter le rôle et l’héritage de celui qui fut, aux côtés d’Enfantin, le deuxième « Père suprême » du saint-simonisme. L’entrée « Diderot » s’inscrit elle-aussi parfaitement dans la ligne philosophique des directeurs de l’Encyclopédie : Victor Louis Joguet y affirme que Diderot fut le premier à tirer tous les enseignements du XVIIIe siècle pour ébaucher la grande synthèse de l’avenir, se positionnant au confluent de Voltaire (la liberté) et Rousseau (l’égalité) pour mieux les dépasser. Pour rappeler l’importance de ce schéma trinitaire chez Reynaud et Leroux, on pourra se reporter aux résumés de la première séance.

Les présentations ont également permis de mettre en lumière de nouvelles dimensions de la « désignation de l’ennemi » effectuée dans les pages de l’Encyclopédie. Si nous retrouvons la critique de la science officielle du temps dans « Diderot », où Joguet désigne l’éclectisme de Victor Cousin comme un véritable « néant » et le distingue clairement du noble éclectisme diderotien, nous sommes également confrontés à l’ouverture de nouvelles lignes de front, non moins impitoyables. Nous avons évoqué l’ensevelissement de Bazard par Reynaud, qui solde de vieux comptes pour mieux s’approprier l’héritage de Saint-Simon, mais il est également remarquable de voir condamnés non pas seulement des individus ou des doctrines, mais également des peuples entiers, auxquels l’on reproche d’ailleurs précisément la même chose qu’à l’ancien Père suprême, soit d’être trop soldats et pas assez métaphysiciens. Les entrées « Turks » et « Ottomans » jettent un regard profondément pessimiste sur les peuples turcophones, estimant que les atavismes de leur race (le goût de la rapine) et les rigidités de leur culte (l’islam étant présenté comme une religion toute sensuelle et extérieure, qui conviendrait parfaitement à ces hommes chez qui manquent l’entendement et l’intériorité) font d’eux d’éternels retardataires de l’histoire de la civilisation. Éduqués malgré eux et toujours par autrui (Chine, Byzantins, etc.), les Turcs demeurent donc le plus formidable obstacle entre les Lumières d’Orient et d’Occident. Si ce jugement doit sans doute beaucoup au souvenir de la guerre d’indépendance grecque des années 1820, il doit également être resitué dans le cadre général de la « Renaissance orientale » qui se déploie dans le début des années 1830. En effet, l’orientalisme savant de l’Encyclopédie nouvelle se nourrit principalement des découvertes récentes portant sur la Chine et l’Inde : c’est donc sur ces nouveaux représentants de l’Altérité que seront projetées les images les plus chatoyantes. Parallèlement, le monde musulman (et plus spécifiquement turc)  se voit souvent dépouillé des charmes qui constituaient son apanage au XVIIIe siècle, pour prendre un tout nouveau visage.

La condamnation des « Turcs » sert également un autre objectif, faisant écho à la situation politique et sociale de la France des années 1830-1840, où la question sociale s’impose et les revendications ouvrières s’affirment. Alors que certains louent l’énergie populaire et les vertus régénératrices de la « barbarie » face aux scléroses d’une civilisation épuisée, les directeurs de l’Encyclopédie souscrivent à une toute autre voie, surtout Reynaud (voir notamment « Babeuf »). Condamnant tout à la fois le passéisme des conservateurs et les illusions radicales des révolutionnaires, l’Encyclopédie plaide pour la primauté des sciences et des savoirs, faisant de leur dépositaires les guides légitimes d’une évolution sociale progressive. Ainsi, la description des barbares extérieurs attire également l’attention sur ceux de l’intérieur, sur ces classes potentiellement révolutionnaires dont il faut soigneusement encadrer les revendications pour éviter qu’elles ne sombrent dans la violence et l’obscurantisme : la sombre figure du “Turc” permet de construire en miroir l’image du bon citoyen et de la bonne société. Il s’agira de continuer à envisager, au cours des prochaines séances, le jeu des renvois et des interprétations croisées que peuvent offrir nos entrées.

Nihon University College of Law Library’s Saint-Simon Collection Manuscripts of Saint-Simon

Un fonds de manuscrits de Claude Henri de Saint-Simon est détenu par l’Université Nihon à Tokyo. Le professeur Hiroshi KAWAMATA, de la Faculté de droit, en est le responsable. Mme le professeur Yasuko ESHIMA,  (Faculté de droit de cette même Université), avait présenté l’intérêt de ce fonds et ses rapports avec le fonds dit de la Sicotière, lors d’une conférence organisée par l’ANR et la Société des Etudes Saint-Simoniennes le 9 février 2018, à Paris (Bibliothèque de l’Arsenal). Mme GRANGE Juliette, professeur à l’Université de Tours, avait introduit la conférence, en rappelant la réception de Saint-Simon au Japon depuis le XIXe siècle et l’intérêt de l’Université japonaise actuelle pour Saint-Simon et le saint-simonisme.  Mme GRANGE a été invitée au Japon (octobre 2015) pour prononcer des conférences sur Saint-Simon et a eu alors plusieurs rencontres avec des responsables et des chercheuses et chercheurs japonais.  Les spécialistes de Saint-Simon connaissent aussi les travaux plus anciens de Hiroshi Mori (aujourd’hui décédé), concernant en particulier la bibliographie de Saint-Simon (parue en Français) et les traductions en japonais. Nous espérons donc ici, grâce à l’Université Nihon de Tokyo, faire fructifier une tradition de travail commun entre La France et le Japon concernant le saint-simonisme.


On trouvera ici une présentation du fonds par le professeur KAWAMATA, avec le catalogue. On trouvera aussi 3 lettres de Saint-Simon (complétées par le professeur GRANGE).


Ce fonds, qui existe sous forme numérisée, doit dans une échéance très brève, être déposé et protégé par le CNRS et l’Université (Centre CNRS UMR 5824 Gate  Lyon Saint-Etienne et Université de Saint-Etienne). Il sera alors consultable, sous l’autorité du professeur KAWAMATA, du professeur ESHIMA, du professeur GRANGE et du CNRS (GATE) par les chercheuses et chercheurs habilités. Nous préciserons très rapidement les conditions d’accès et de diffusion.

Deuxième séance du séminaire “Encyclopédie nouvelle” (IEP de Lyon, 24 janvier 2019)

La deuxième séance du séminaire s’est déroulée à l’Institut d’Études politiques de Lyon le 24 janvier 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Animal » (Achille Pierre Requin) par Pietro Corsi, « Architecture » (Léonce Reynaud) par Antoine Picon et « Smith (Adam) » (Jules Leroux) par Ludovic Frobert.

Articles et présentations

Discussion et bilan

La séance a permis de continuer à mettre en lumière les dynamiques idéologiques et relationnelles qui structurent l’Encyclopédie nouvelle, notamment en revenant sur des contributeurs qui demeuraient particulièrement proches des directeurs : leurs frères, Jules Leroux et Léonce Reynaud. Bénéficiant d’une grande liberté, ceux-ci purent se permettre de développer, dans leurs articles respectifs, des réflexions originales nourries de leurs activités professionnelles, de leurs sociabilités et de leurs penchants idéologiques propres. Léonce se révèle fortement marqué par la pensée saint-simonienne dans « Architecture », mais sait également s’en distancier lorsqu’il délaisse la question des ornements pour se focaliser sur celle de la structure et se ranger parmi les précurseurs des théories structurelles du XIXe siècle.

La contribution de Jules est particulièrement intéressante en ce qu’elle attire une fois encore l’attention sur les tensions idéologiques qui parcourent l’encyclopédie. Ouvrier typographe, Jules penche bien plus à gauche que les directeurs (il finit par opérer un tournant babouviste au début des années 1840), ceux-ci le décriront comme un « Spartacus » brûleur de villes (Jean R.), ou un « fou sublime » (Pierre L.). Or, Jules rédige la plupart des entrées économiques de l’encyclopédie avant 1840, et notamment l’article « Smith ». Des causes purement relationnelles ont sans nul doute joué un rôle considérable dans le choix et le maintien de Jules au sein du projet, mais pas uniquement.

La première séance nous avait permis de constater que des différends idéologiques persistaient entre Jean Reynaud et Pierre Leroux eux-mêmes, nuançant la prétention du corpus à constituer un tout doctrinal cohérent ; la contribution originale de Jules n’est donc pas si surprenante, surtout si on la replace dans le cadre de
« l’optimiste doctrinal » de Leroux et Reynaud. En effet, si nous ne trouvons pas de doctrine unique dans l’encyclopédie, il ne faudrait pas pour autant considérer que les directeurs mentaient sciemment sur la nature de leur projet, ou s’illusionnaient eux-mêmes. En réalité, confiants dans leur entreprise, Reynaud et Leroux ne doutaient pas que la confrontation des idées leur permettrait finalement, en tant que philosophes, de transcender les contradictions apparentes de leur corpus pour parvenir à une synthèse harmonieuse.

L’article « Animal » nous permet d’ailleurs de commencer à envisager la tension entre spécialisation et synthèse dans l’Encyclopédie nouvelle. Rédigé par Pierre Achille Requin (docteur en médecine et naturaliste qui avait collaboré avec Reynaud et Leroux durant leurs années passées dans la Revue encyclopédique, puis avait rejoint l’Encyclopédie nouvelle dès les origines pour y rédiger quarante-neuf articles dans les trois premiers tomes), « Animal » est un article technique, proposant une audacieuse synthèse du transformisme contemporain, et que l’on peut faire dialoguer avec « Cuvier ». Cette dernière entrée, rédigée par Reynaud lui-même, mérite pour Pietro Corsi toute l’attention de l’historien des sciences, en tant que document fort original, attestant des formes de lecture possibles d’un corpus scientifique par un exposant issu du public cultivé (mais non spécialisé) dans le premier XIXe siècle. « Animal » permet également de mettre en lumière les dynamiques relationnelles de l’encyclopédie, puisqu’il apparaît que Requin fut vraisemblablement écarté du corpus (il ne rédige qu’une seule entrée dans le quatrième tome) en raison du manque de compatibilité de ses théories avec celles de Geoffroy Saint Hilaire, grand ami de Reynaud.

Suite à cette séance, l’Encyclopédie continue à se révéler comme une publication aux aspirations souvent polémiques, dont les prises de position disciplinaires ou politiques sont le plus souvent hardies : ainsi de la promotion novatrice de la structure en architecture par Léonce Reynaud, de la synthèse transformiste de Requin, et surtout de l’exposé de Jules Leroux dans « Smith ». Grâce à cette entrée, Jules conduit en réalité un assaut frontal contre Jean-Baptiste Say, de la même manière que Pierre combattait Victor Cousin dans
« Éclectisme ». Au cœur de l’Encyclopédie nouvelle se trouve ainsi la conviction que la science officielle du temps s’est prostituée à de coupables intérêts idéologiques qu’il s’agit de dénoncer (la désignation de l’ennemi constituant le plus petit dénominateur commun entre de nombreux contributeurs).

Décrivant des cercles concentriques au fil des deux premières séances (revenant sur les directeurs, puis leurs frères), nous avons commencé à découvrir des figures originales (Lalanne, Requin) dont le rôle sur la scène intellectuelle du XIXe siècle et dans l’histoire des idées s’avère tout sauf négligeable (cf résumés). Les prochaines séances devraient nous permettre d’en révéler d’autres, et de mieux appréhender la trajectoire de notre projet encyclopédique.

Première séance du séminaire « Encyclopédie Nouvelle » (Maison Française d’Oxford, le 23 novembre 2018)

Le projet du séminaire “Encyclopédie Nouvelle” se situe dans la lignée des travaux initiés par l’ANR Saint-Simonisme 18-21 ; il vise à explorer et cartographier le corpus encyclopédique dirigé par les anciens saint-simoniens Jean Reynaud et Pierre Leroux à partir de 1833. La première séance, tenue à la Maison Française d’Oxford le 23 novembre 2018, s’est ouverte sur une introduction générale (Ludovic Frobert et Michael Drolet) suivie de la présentation de trois entrées de l’encyclopédie : “Âge” par Jean Reynaud (Quentin Schwanck), “Égalité” par Pierre Leroux (Lucie Rey) et “Technologie” par Léon Lalanne (Marie Thébaud Sorger).

Introduction générale du projet


Articles et présentations

Bilan et perspectives

Suite aux trois premières présentations, la séance introductive du séminaire a permis aux organisateurs, participants et membres de l’assistance  d’échanger autour de diverses pistes de réflexion. Le principal axe de questionnement fut méthodologique, différentes approches ayant été privilégiées selon les exposants. En effet, les articles étudiés avaient pour certains été analysés de manière approfondie, permettant d’apporter un maximum de précision sur leur objet et leurs arguments, tandis que d’autres avaient servi de point de départ pour esquisser une vision d’ensemble du travail de leurs auteurs dans le corpus (tout particulièrement en ce qui concerne Jean Reynaud et Pierre Leroux, les directeurs de l’Encyclopédie).

À l’heure actuelle, nous n’entendons pas trancher entre ces alternatives méthodologiques, et nous n’en excluons bien sûr pas de possibles autres. Notre démarche heuristique commence à peine à se préciser et, au vu de l’immensité du corpus et de la diversité de ses collaborateurs, il paraît être encore trop tôt pour faire des choix qui excluraient certaines pistes de recherche ; ce d’autant plus que le séminaire espère s’enrichir d’une démarche interdisciplinaire : la première séance a ainsi permis de faire dialoguer l’histoire des sciences et techniques, la philosophie et la science politique,

Diverses propositions ont par ailleurs été avancées par les participants de cette première séance. Il a été proposé d’établir des listes plus précises d’auteurs en fonction de leurs affiliations idéologiques et sociologiques, en attirant notamment  l’attention sur les réseaux d’anciens saint-simoniens et d’anciens élèves de l’École Polytechnique, qui représentent le noyau dur des contributeurs de l’Encyclopédie. Leur implication dans la production des savoirs serait ainsi particulièrement intéressante à étudier dans le cadre global des rapports de force qui structurent les élites françaises sous la Monarchie de Juillet.

Parallèlement, le séminaire devra approfondir la question de l’intertextualité, et mettre en lumière le jeu des dialogues entre articles de l’Encyclopédie. Ceci d’autant plus que le corpus se dévoile, dès la séance introductive, comme idéologiquement bien moins homogène que ne le prétendaient ses directeurs, dont les pensées divergent sur des points fondamentaux (conceptions de la religion nouvelle et de l’égalité notamment).

Ainsi, nous devrons travailler à développer un questionnement critique du corpus, et ce sous de multiples angles. Il s’agira notamment de préciser la portée politique de cette construction savante (l’« histoire » et la « science » sont deux catégories dont l’instrumentation politique apparaît évidente à l’issue de la première séance, d’autres restent vraisemblablement à mettre en lumière) mais également la sociologie de l’Encyclopédie (préciser le degré de contrôle exercé par les directeurs sur les articles de leurs collaborateurs), ses contraintes économiques, ses choix lexicaux, etc.

Le champ de recherche reste ainsi considérable, et les contributions futures, qui s’annoncent variées tant sur le plan méthodologique que disciplinaire, nous permettront de préciser la démarche et les objectifs du séminaire dans les années à venir.

SÉANCE DU 14 décembre 2018 : Un saint-simonien à redécouvrir? Paul-Mathieu Laurent, dit Laurent de l’Ardèche (1793-1877).

Séminaire d’études saint-simoniennes

Intervenant: Arnaud Ramière de Fortanier, président de l’association du Souvenir et du canal de Ferdinand de Lesseps.

Date: 14 décembre (16 h à 17h30)

Après un point sur les connaissances, qui s’appuiera sur le don de ses papiers fait en 2007 par la descendance, le personnage de Laurent sera approché à travers la projection de l’album de photographies transmis par sa petite-fille, la comédienne Pauline Carton: on y voit toute une série de figures, grandes ou secondaires, de la légende saint-simonienne. Intervenant: Philippe Régnier, en conversation avec les représentants de la descendance (i. e. des familles Keilany et Perrin), ainsi que Yvan Chauviré, Nathalie Coilly (sous réserve), et Rémi Verron (bibliothécaire à l’Arsenal).


Carbonaro puis rédacteur du journal pré-saint-simonien Le Producteur sous la Restauration, Laurent créa en 1829 le premier périodique véritablement saint-simonien, L’Organisateur, et devint l’un des principaux prédicateurs de la doctrine de Saint-Simon après la révolution de 1830. Élu député du département de l’Ardèche en 1848, il siégea à l’extrême gauche avant de se rallier à Napoléon III, dans la droite ligne de ses grands succès de librairie personnels, deux essais où il avait pris, successivement et non sans contradiction, la défense de deux grands vaincus de l’Histoire, Robespierre et Napoléon Ier. Laurent eut un rôle majeur dans la transmission du saint-simonisme, d’une part, comme administrateur de la bibliothèque de l’Arsenal, en y accueillant les archives d’Enfantin, et, d’autre part, comme membre du conseil institué par Enfantin pour leur gestion, en assumant un rôle majeur dans l’élaboration et dans l’appareil de présentation historique de l’édition monumentale des « œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin.


Lectures conseillées:

D’abord, « Le journal de Laurent de l’Ardèche », un excellent article de Nathalie Coilly, plus panoramique que ne l’indique son titre, dans la Revue de la BnF ; et ensuite, la notice Wikipédia « Paul-Mathieu Laurent », qui fait partie des bonnes notices biographiques de cette encyclopédie.  

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h.

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. Cette séance est la dernière avant l’été.

L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe.

XVIIe colloque de l’association Charles Gide

Le XVIIe colloque de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique s’est tenu à Nancy fin septembre. Une session de l’ANR Saint-Simonisme 18-21 y était organisée, ayant pour objet : “Les économistes et le saint-simonisme”, avec 4 interventions (sur Walras, Pareto, Mason et Sraffa) qui s’interrogeaient sur la récurrence de l’actualité du saint-simonisme du XIXème au XXème siècles chez des économistes importants de la discipline. Par ailleurs, on pouvait trouver dans une autre session une intervention sur l’expérience entrepreneuriale de Saint-Simon, et la conférence de clôture portait sur les utopies, avec un partenaire de l’ANR. Voir le programme pour les précisions et les intervenants.

Macronisme et saint-simonisme

Depuis plusieurs mois, plusieurs journaux (Le Monde, Les Echos, en particulier) ont fait paraître des articles invoquant une filiation saint-simonienne chez le président Macron, ou chez l’ancien maire de Lyon, aujourd’hui Ministre de l’intérieur. Ces revendications de filiation ou d’inspiration ont suscité des débats divers, superficiels ou plus profonds. Les chercheuses et chercheurs de l’ANR Saint-simonisme ont donc cherché à introduire un point de vue calme, argumenté et sérieux, pluridisciplinaire, correspondant au travail que l’ANR a engagé. Ce point de vue est paru dans la rubrique “Idées” du journal Libération du 23 mars 2018. On trouvera ce texte ici :  macron_saint-simon

 

Séance du 8 juin 2018 : Questions saint-simoniennes et d’aujourd’hui à propos du canal de Suez et de l’exposition « L’épopée du canal de Suez. Des pharaons au XXIe siècle » (actuellement à l’Institut du Monde Arabe). 

Séminaire d’études saint-simoniennes

Questions saint-simoniennes et d’aujourd’hui à propos du canal de Suez et de l’exposition « L’épopée du canal de Suez. Des pharaons au XXIe siècle » (actuellement à l’Institut du Monde Arabe).

Intervenant: Arnaud Ramière de Fortanier, président de l’association du Souvenir et du canal de Ferdinand de Lesseps.

Date: 8 juin (15 h 30 à 17 h)

Pourquoi creuser le canal de Suez, selon quel tracé et avec quels moyens? Le sens initial du projet, dans l’esprit des saint-simoniens, dans les propos de Lesseps, et à partir des cérémonies d’inauguration de 1869.

Ferdinand de Lesseps était-il saint-simonien?

Dans quelle mesure peut-on considérer que le canal évolue aujourd’hui conformément aux desseins et aux prévisions de ses inspirateurs du XIXe siècle ?

Ancien élève de l’école des Chartes, A. Ramière de Fortanier a notamment été le responsable des archives de Marseille à l’époque où Gaston Defferre dirigeait cette ville. Il a tenu à ce titre un rôle éminent dans l’organisation de la série des manifestations relatives à « L’Orient des Provençaux », en particulier pour la section « Marseille et l’Égypte au XIXe siècle ». Il est l’auteur de l’article sur « La Compagnie universelle du canal maritime de Suez » dans le catalogue de l’exposition en cours à l’IMA. 

Après deux exposés introductifs, la séance prendra la forme d’une causerie avec l’auditoire.

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Lectures conseillées:

– Les pages de la la thèse de Jacques Canton-Debat sur Arlès-Dufour

– Les discours de Lesseps (1885) et de Renan (1885) en 1885, lors de la réception de Lesseps à l’Académie française

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h.

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. Cette séance est la dernière avant l’été.

L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe.

Robert Owen and Europe (Oxford, 4 et 5 juin 2018)

Dans le cadre d’un partenariat entre l’ANR 18-21 et l’Université d’Oxford, les journées d’étude (4 et 5 juin 2018) sur le thème « Robert Owen and Europe », auront lieu au Worcester College et à la Maison Française d’Oxford sous la direction de Michael Drolet (Worcester College), Ludovic Frobert (CNRS/Triangle) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/MFO).

Poster: Owen

Séance du 25 mai 2018: La transaction la plus productive du bien-être populaire

Séminaire d’études saint-simoniennes

Intervenant:

– Clément Coste,  maître de conférences en économie à Sciences Po Lyon (laboratoire TRIANGLE),

Date: 25 mai 2018 (15h – 17h)

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Lectures conseillées:

Comme lectures préparatoires, C. Coste propose plusieurs textes dont il est l’auteur:

  • un article publié (2016) sur la question abordée dans la présentation (financement de la dette publique chez les saint-simoniens)
  • l’introduction et le plan de sa thèse
  • un article publié (2017) en marge de la présentation sur la science sociale d’un jeune saint-simonien dissident (Pecqueur).

La séance sera ouverte par quelques paroles en mémoire de Michel Levallois, président de la Société des études saint-simoniennes, décédé le 29 avril dernier. 

Prochaine séance 2017-2018:  8 juin (sous réserve: autour du canal de Suez et de l’exposition actuellement présentée à l’IMA).

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h. 

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe. 

Décès de Michel Levallois, président de l’Association des études saint-simoniennes

Bonjour à toutes et tous,

Comme vous l’avez sans doute appris, le président de la Société des études saint-simoniennes, Michel Levallois, est décédé le 29 avril dernier. L’ANR Saint-Simonisme 18-21 est, avec toutes celles et ceux qui ont connu Michel, dans le désarroi et la peine. Michel Levallois a en effet joué un rôle majeur dans la connaissance, l’initiative savante et ouverte autour du saint-simonisme. En dehors même de ses publications (sur I. Urbain, sur l’orientalisme), son travail au sein de la Société, avec en particulier le séminaire régulier des études saint-simoniennes de l’Arsenal, a joué un rôle décisif : l’ANR n’aurait pu être obtenue sans le réseau qui s’était constitué antérieurement à l’aide de la Société, avec son soutien actif. Les liens entre l’ANR et l’Association ont dès le début été entretenus et soignés par Michel Levallois. Michel a joué un rôle important dans la mise en relation entre travaux de recherche et initiatives plus larges, avec la rigueur qu’on lui connaissait.

L’ANR veut donc témoigner de toute sa sympathie à la famille de Michel et à la Société des études saint-simoniennes, son secrétariat et ses membres. Elle souhaite participer activement aux hommages qui seront organisés en l’honneur de Michel et de son activité.

Bien cordialement à toutes et tous,

Michel Bellet, coordonnateur de l’ANR Saint-Simonisme 18-21.

Journées d’étude du 1er mars et 2 mars 2018, Lyon Centre Jean Bosco, Lyon

Le jeudi 1er mars et le vendredi 2 mars se tiendront à Lyon, au centre Jean Bosco (Fourvière) les deux journées d’étude de l’ANR Saint-Simonisme 18-21.

Il s’agit durant ces deux jours de faire le bilan des travaux effectués ou en cours, et d’avancer sur la signification du saint-simonisme aujourd’hui. Les journées se font en session plénière, afin de permettre les débats pluridisciplinaires, au sein de l’ANR, et avec l’apport de certaines chercheuses et chercheurs extérieur.es à l’ANR qui ont accepté de communiquer ou de suivre les sessions. Après une introduction portant sur l’historicité du saint-Simonisme, par Michèle Riot-Sarcey, quatre sessions de travail ou ateliers ont lieu : une portant sur “l’économie”, une sur le  “féminisme”, une sur la “religion”, et une sur le “républicanisme”. Ce sont donc les débats croisés qui sont recherchés dans cette initiative.

On trouvera ci-après le programme complet des journées et les modalités d’accès. Les personnes intéressées peuvent contacter Adrien Lutz : adrien.lutz@univ-st-etienne.fr

Programme

Accès au Centre Jean Bosco

Plan Métro-Jean Bosco

 

 

 

Une utopie innovante à revisiter