Deuxième séance du séminaire “Encyclopédie nouvelle” (IEP de Lyon, 24 janvier 2019)

La deuxième séance du séminaire s’est déroulée à l’Institut d’Études politiques de Lyon le 24 janvier 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Animal » (Achille Pierre Requin) par Pietro Corsi, « Architecture » (Léonce Reynaud) par Antoine Picon et « Smith (Adam) » (Jules Leroux) par Ludovic Frobert.

Articles et présentations

Discussion et bilan

La séance a permis de continuer à mettre en lumière les dynamiques idéologiques et relationnelles qui structurent l’Encyclopédie nouvelle, notamment en revenant sur des contributeurs qui demeuraient particulièrement proches des directeurs : leurs frères, Jules Leroux et Léonce Reynaud. Bénéficiant d’une grande liberté, ceux-ci purent se permettre de développer, dans leurs articles respectifs, des réflexions originales nourries de leurs activités professionnelles, de leurs sociabilités et de leurs penchants idéologiques propres. Léonce se révèle fortement marqué par la pensée saint-simonienne dans « Architecture », mais sait également s’en distancier lorsqu’il délaisse la question des ornements pour se focaliser sur celle de la structure et se ranger parmi les précurseurs des théories structurelles du XIXe siècle.

La contribution de Jules est particulièrement intéressante en ce qu’elle attire une fois encore l’attention sur les tensions idéologiques qui parcourent l’encyclopédie. Ouvrier typographe, Jules penche bien plus à gauche que les directeurs (il finit par opérer un tournant babouviste au début des années 1840), ceux-ci le décriront comme un « Spartacus » brûleur de villes (Jean R.), ou un « fou sublime » (Pierre L.). Or, Jules rédige la plupart des entrées économiques de l’encyclopédie avant 1840, et notamment l’article « Smith ». Des causes purement relationnelles ont sans nul doute joué un rôle considérable dans le choix et le maintien de Jules au sein du projet, mais pas uniquement.

La première séance nous avait permis de constater que des différends idéologiques persistaient entre Jean Reynaud et Pierre Leroux eux-mêmes, nuançant la prétention du corpus à constituer un tout doctrinal cohérent ; la contribution originale de Jules n’est donc pas si surprenante, surtout si on la replace dans le cadre de
« l’optimiste doctrinal » de Leroux et Reynaud. En effet, si nous ne trouvons pas de doctrine unique dans l’encyclopédie, il ne faudrait pas pour autant considérer que les directeurs mentaient sciemment sur la nature de leur projet, ou s’illusionnaient eux-mêmes. En réalité, confiants dans leur entreprise, Reynaud et Leroux ne doutaient pas que la confrontation des idées leur permettrait finalement, en tant que philosophes, de transcender les contradictions apparentes de leur corpus pour parvenir à une synthèse harmonieuse.

L’article « Animal » nous permet d’ailleurs de commencer à envisager la tension entre spécialisation et synthèse dans l’Encyclopédie nouvelle. Rédigé par Pierre Achille Requin (docteur en médecine et naturaliste qui avait collaboré avec Reynaud et Leroux durant leurs années passées dans la Revue encyclopédique, puis avait rejoint l’Encyclopédie nouvelle dès les origines pour y rédiger quarante-neuf articles dans les trois premiers tomes), « Animal » est un article technique, proposant une audacieuse synthèse du transformisme contemporain, et que l’on peut faire dialoguer avec « Cuvier ». Cette dernière entrée, rédigée par Reynaud lui-même, mérite pour Pietro Corsi toute l’attention de l’historien des sciences, en tant que document fort original, attestant des formes de lecture possibles d’un corpus scientifique par un exposant issu du public cultivé (mais non spécialisé) dans le premier XIXe siècle. « Animal » permet également de mettre en lumière les dynamiques relationnelles de l’encyclopédie, puisqu’il apparaît que Requin fut vraisemblablement écarté du corpus (il ne rédige qu’une seule entrée dans le quatrième tome) en raison du manque de compatibilité de ses théories avec celles de Geoffroy Saint Hilaire, grand ami de Reynaud.

Suite à cette séance, l’Encyclopédie continue à se révéler comme une publication aux aspirations souvent polémiques, dont les prises de position disciplinaires ou politiques sont le plus souvent hardies : ainsi de la promotion novatrice de la structure en architecture par Léonce Reynaud, de la synthèse transformiste de Requin, et surtout de l’exposé de Jules Leroux dans « Smith ». Grâce à cette entrée, Jules conduit en réalité un assaut frontal contre Jean-Baptiste Say, de la même manière que Pierre combattait Victor Cousin dans
« Éclectisme ». Au cœur de l’Encyclopédie nouvelle se trouve ainsi la conviction que la science officielle du temps s’est prostituée à de coupables intérêts idéologiques qu’il s’agit de dénoncer (la désignation de l’ennemi constituant le plus petit dénominateur commun entre de nombreux contributeurs).

Décrivant des cercles concentriques au fil des deux premières séances (revenant sur les directeurs, puis leurs frères), nous avons commencé à découvrir des figures originales (Lalanne, Requin) dont le rôle sur la scène intellectuelle du XIXe siècle et dans l’histoire des idées s’avère tout sauf négligeable (cf résumés). Les prochaines séances devraient nous permettre d’en révéler d’autres, et de mieux appréhender la trajectoire de notre projet encyclopédique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.