Troisième séance du séminaire “encyclopédie nouvelle” (Maison française d’oxford, 22 mars 2019)

La troisième séance du séminaire s’est déroulée à la Maison Française d’Oxford le 22 mars 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Turks » et « Ottomans » (Charles Emmanuel et auteur inconnu) par Ragip Ege, « Diderot » (Victor Louis Joguet) par Kate Tunstall et « Bazard (Saint-Amand) » (Jean Reynaud et Ulysse Trélat) par Michel Bellet.

Articles et présentations

Discussion et bilan : des multiples cibles de l’Encyclopédie

La dimension idéologique du corpus est apparue clairement au cours de cette séance, laquelle a permis de révéler une profonde influence des directeurs (tout particulièrement Jean Reynaud) sur les articles de leurs collaborateurs. Notons tout d’abord que l’entrée biographique « Bazard (Saint-Amand) », que Reynaud co-rédigea avec Ulysse Trélat, porte toute entière l’empreinte de ses idées personnelles : bien que les tâches aient été clairement délimitées (Trélat retraçant le parcours républicain et carbonariste de Bazard en première partie, Reynaud se chargeant de ses années saint-simoniennes en seconde), l’ensemble du texte est porteur d’un jugement unique, dont on ne saurait trouver trace dans les autres écrits de Trélat. Ce jugement se révèle remarquablement négatif, puisque Reynaud condamne l’ensemble de l’œuvre de son ancien « Père » saint-simonien en le désignant comme « l’homme de l’erreur » par excellence et en égrenant les causes de ses échecs. Dans cet impitoyable règlement de comptes, c’est bien sûr la ligne de l’Encyclopédie concernant l’héritage du saint-simonisme (et l’élaboration d’un nouveau républicanisme) qui est en jeu. S’il reste à déterminer les parts respectives de l’idéologie et de l’ego (Reynaud entend-il effacer la mémoire du saint-simonisme républicain représenté par Bazard, ou ne s’en prend-il à son ancien mentor que pour mieux s’emparer de ses idées et les revendiquer siennes ?), cette entrée se révèle remarquable par sa véhémence, et contribua à occulter le rôle et l’héritage de celui qui fut, aux côtés d’Enfantin, le deuxième « Père suprême » du saint-simonisme. L’entrée « Diderot » s’inscrit elle-aussi parfaitement dans la ligne philosophique des directeurs de l’Encyclopédie : Victor Louis Joguet y affirme que Diderot fut le premier à tirer tous les enseignements du XVIIIe siècle pour ébaucher la grande synthèse de l’avenir, se positionnant au confluent de Voltaire (la liberté) et Rousseau (l’égalité) pour mieux les dépasser. Pour rappeler l’importance de ce schéma trinitaire chez Reynaud et Leroux, on pourra se reporter aux résumés de la première séance.

Les présentations ont également permis de mettre en lumière de nouvelles dimensions de la « désignation de l’ennemi » effectuée dans les pages de l’Encyclopédie. Si nous retrouvons la critique de la science officielle du temps dans « Diderot », où Joguet désigne l’éclectisme de Victor Cousin comme un véritable « néant » et le distingue clairement du noble éclectisme diderotien, nous sommes également confrontés à l’ouverture de nouvelles lignes de front, non moins impitoyables. Nous avons évoqué l’ensevelissement de Bazard par Reynaud, qui solde de vieux comptes pour mieux s’approprier l’héritage de Saint-Simon, mais il est également remarquable de voir condamnés non pas seulement des individus ou des doctrines, mais également des peuples entiers, auxquels l’on reproche d’ailleurs précisément la même chose qu’à l’ancien Père suprême, soit d’être trop soldats et pas assez métaphysiciens. Les entrées « Turks » et « Ottomans » jettent un regard profondément pessimiste sur les peuples turcophones, estimant que les atavismes de leur race (le goût de la rapine) et les rigidités de leur culte (l’islam étant présenté comme une religion toute sensuelle et extérieure, qui conviendrait parfaitement à ces hommes chez qui manquent l’entendement et l’intériorité) font d’eux d’éternels retardataires de l’histoire de la civilisation. Éduqués malgré eux et toujours par autrui (Chine, Byzantins, etc.), les Turcs demeurent donc le plus formidable obstacle entre les Lumières d’Orient et d’Occident. Si ce jugement doit sans doute beaucoup au souvenir de la guerre d’indépendance grecque des années 1820, il doit également être resitué dans le cadre général de la « Renaissance orientale » qui se déploie dans le début des années 1830. En effet, l’orientalisme savant de l’Encyclopédie nouvelle se nourrit principalement des découvertes récentes portant sur la Chine et l’Inde : c’est donc sur ces nouveaux représentants de l’Altérité que seront projetées les images les plus chatoyantes. Parallèlement, le monde musulman (et plus spécifiquement turc)  se voit souvent dépouillé des charmes qui constituaient son apanage au XVIIIe siècle, pour prendre un tout nouveau visage.

La condamnation des « Turcs » sert également un autre objectif, faisant écho à la situation politique et sociale de la France des années 1830-1840, où la question sociale s’impose et les revendications ouvrières s’affirment. Alors que certains louent l’énergie populaire et les vertus régénératrices de la « barbarie » face aux scléroses d’une civilisation épuisée, les directeurs de l’Encyclopédie souscrivent à une toute autre voie, surtout Reynaud (voir notamment « Babeuf »). Condamnant tout à la fois le passéisme des conservateurs et les illusions radicales des révolutionnaires, l’Encyclopédie plaide pour la primauté des sciences et des savoirs, faisant de leur dépositaires les guides légitimes d’une évolution sociale progressive. Ainsi, la description des barbares extérieurs attire également l’attention sur ceux de l’intérieur, sur ces classes potentiellement révolutionnaires dont il faut soigneusement encadrer les revendications pour éviter qu’elles ne sombrent dans la violence et l’obscurantisme : la sombre figure du “Turc” permet de construire en miroir l’image du bon citoyen et de la bonne société. Il s’agira de continuer à envisager, au cours des prochaines séances, le jeu des renvois et des interprétations croisées que peuvent offrir nos entrées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.