Quatrième SÉANCE DU SÉMINAIRE “ENCYCLOPÉDIE NOUVELLE” (IEP de Lyon, 3 mai 2019)

La troisième séance du séminaire s’est déroulée à l’IEP de Lyon le 3 mai 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Sommeil » (Pierre Leroux) par Thibault Debail,  « Écosse » et « Constant » (Théodore Fabas) par Anna Plassart et « Aérostat » (Franquet de Franqueville) » par Marie Thébaud-Sorger.

Articles et présentations

Discussion

Les trois présentations ont permis de mettre conjointement en lumière quelques-unes des plus notables spécificités éditoriales de l’Encyclopédie nouvelle. En effet, outre leur diversité thématique, les articles se démarquent surtout par leur fonction au sein du corpus. « Aérostat » est le plus classique eu égard au contexte encyclopédique de l’époque, il nous rappelle que l’Encyclopédie nouvelle regorge d’articles tout fait banals, purement informatifs et rédigés selon la norme du temps. « Sommeil » relève pour sa part d’une toute autre logique ; rédigé par Pierre Leroux lui-même, il n’est pas l’œuvre d’un expert mais celle d’un philosophe touche-à-tout dont les sources et les méthodes de travail s’avèrent pour le moins iconoclastes. Surtout, l’article est tributaire de l’histoire éditoriale de l’ensemble de l’Encyclopédie, puisqu’il va être l’occasion, pour son auteur, de traiter des thèmes qui, en raison des contraintes financières et temporelles, n’ont pu bénéficier de leur article propre (ainsi des notion de rêve et surtout d’âme, incontournable dans le cadre de la philosophie religieuse ébauchée dans l’Encyclopédie).

Enfin, les articles « Écosse » et « Constant », tous deux rédigés par Théodore Fabas, avocat républicain qui participe à l’Encyclopédie du premier au dernier tome, rappellent l’importance de l’intertextualité et des renvois d’article à article. En effet, Fabas se permet, avec ces deux textes, de filer une thèse globale sur le protestantisme et la civilisation anglo-saxonne, thèse qui lui permet de mettre en lumière leurs mérites historiquement circonscrits (« Écosse »), et surtout leurs limites (« Constant »). L’empreinte de Leroux et Reynaud est certaine sur ces deux articles, où se retrouvent nombre de leurs thèmes de prédilection. La figure de Reynaud est tout particulièrement discernable dans la valorisation de la tradition française par rapport à celle d’autres nations, décrites comme désormais secondaires dans la marche du progrès.

En somme, l’Encyclopédie révèle, de nouveau, une structure complexe et une logique singulière : organisée en cercles concentriques autour de ses maîtres d’œuvre, elle s’enrichit des contributions de collaborateurs de choix, favorisés pour leur conformité idéologique avec la direction (les rapports de force ne pouvant néanmoins être négligés), et s’oriente également, au gré d’articles plus conventionnels, vers des horizons purement descriptifs et techniques, au moins en partie pour des raisons financières. Dans cette perspective, il sera utile de se consacrer à une étude plus approfondie des professions représentées dans l’Encyclopédie nouvelle, où le poids des ingénieurs et des médecins apparaît déjà déterminant.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.