SÉMINAIRE “ENCYCLOPÉDIE NOUVELLE” (2019 – 2020) – Seance d’ouverture (Worcester college, 27 SEPTEMBRE 2019)

La première séance du séminaire pour l’année 2019-2020 s’est déroulée à la Maison française d’Oxford le 27 septembre 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Utopie » (Jules Mongin) par Thomas Bouchet,  « Botanique » (J. Young) par John Lidwell-Durnin et « Brahmanisme et Bouddhisme » (Pierre Leroux) par Aurélien Aramini.

Articles et présentations

Discussion

Cette séance de reprise s’est articulée autour de trois interventions riches d’enseignements sur les marges de manœuvre, modalités d’expression et champs de compétences des acteurs du corpus. L’exposé de Thomas Bouchet a attiré l’attention sur les « contributeurs discrets » réguliers de l’Encyclopédie, ceci à travers la figure de Jules Mongin, auteur de l’article « Utopie » et fidèle contributeur du corpus, auquel il participe du premier au dernier tome. L’article se révèle surprenant à de multiples titres, notamment parce qu’il traite en définitive fort peu de son sujet, délaissant l’utopie pour réfléchir aux notions de « Rêve », de « Réel », ou encore d’« Idéal » et de « Science ». En cela, l’article de Mongin rappelle le « Sommeil » de Leroux, qui traite pour sa part bien davantage du rêve et de l’âme que du sommeil à proprement parler.

Surtout, le peu de cas qui se voit fait de l’utopie découle d’un mépris certain, ce qui nous permet de mieux appréhender la question de « l’intensité doctrinale » au sein des divers espaces discursifs qui constituent l’Encyclopédie nouvelle. Contributeur mineur, Mongin semble avoir trouvé sa place au sein de l’Encyclopédie grâce à une réelle compatibilité idéologique avec ses directeurs, et tout particulièrement Reynaud. Fervent défenseur de la « doctrine du progrès et de la perfectibilité » annoncée par le prospectus de 1839, Mougin défend une vision des « utopistes » qui se place directement dans le sillage de celle de Reynaud (cf « Babeuf »). S’il rédige principalement de petites entrées purement informatives, notamment sur les questions historiques, Mougin apparaît ainsi comme un relais de confiance pour l’Encyclopédie, aisément mobilisable afin de rédiger des articles relativement mineurs, dont les directeurs désirent néanmoins qu’ils s’inscrivent bien dans le cadre général de leur pensée.

D’autres contributeurs occupent un champ de spécialisation bien plus marqué, tels que l’énigmatique « Young » (présentation de John Lidwell-Durnin), sur lequel aucune étude n’avait été auparavant conduite et dont l’identité a été finalement dévoilée à la suite des échanges tenus durant la séance, tout particulièrement entre les trois exposants. J. Young, (J. Jung en d’autres circonstances) rédige plus de 90 articles pour l’Encyclopédie, tous relatifs à la botanique et à l’agriculture. Au fil de ses interventions,  il développe une pensée cohérente et ambitieuse, appelant les travailleurs du végétal (fermiers, jardiniers ou amateurs), à s’impliquer dans les institutions scientifiques émergentes pour accélérer la marche de leur progrès. Ce faisant, Young se démarque comme un contributeur de poids dans l’Encyclopédie des premières années, puisqu’il prend en charge l’ensemble de sa dimension « végétale » pour y insuffler un sens global, disposant sans nul doute d’une certaine marge de manœuvre eu égard à ses compétences spécialisées.

            Enfin, l’intervention d’Aurélien Aramini permet d’approfondir notre compréhension de la pensée de Leroux, tout particulièrement sur les questions centrales de la religion et de de l’« Orient », thèmes qui finiront par diviser abruptement les deux directeurs de l’Encyclopédie et joueront un rôle majeur pour mettre un terme à leur collaboration. S’appuyant sur sa lecture du premier livre des Lois de Manou, le philosophe entreprend hardiment de restituer la tradition universelle de l’humanité à partir du berceau indien (Reynaud, pour sa part, privilégiera la piste irano-mazdéenne dans son article « Zoroastre »). Cette intervention a permis de mettre en relief l’importance des « segments discursifs » dans notre corpus, les positions intellectuelles de Leroux évoluant considérablement au cours des années 1830, tant en termes de vocabulaire que de préoccupations. Que ce soit ramenée à l’échelle du contributeur ou du corpus, la question de la temporalité s’avère tout particulièrement fructueuse, notamment autour de la période charnière 1839-1840, marquée par la publication d’un nouveau prospectus programmatique et le départ de Leroux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.