Deux Thèses soutenues liées à l’ANR :

  • Adrien Lutz,   “À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses oeuvres” Essai sur la justice sociale saint-simonienne, (30 août 2017)

Composition du jury:

Guido Erreygers, Professeur des Universités en sciences économiques, University of Antwerpen (rapporteur)

Marc Fleurbaey, Robert E. Kuenne Professor in Economics and Humanistic Studies, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, Princeton University (rapporteur)

Ludovic Frobert, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, ENS Lyon (Président du jury)

Juliette Grange, Professeure des Universités en philosophie, Université François Rabelais (membre du jury)

Danielle Zwarthoed, Chargée de cours en philosophie, Chaire Hoover d’éthique, Université Catholique de Louvain (membre du jury)

Antoinette Baujard, Maître de conférences HDR en sciences économiques, Université Jean Monnet (directrice de thèse)

Michel Bellet, Professeur des Universités en sciences économiques, Université Jean Monnet (directeur de thèse)

Résumé:

Cette thèse de doctorat s’intéresse à la naissance de l’idée de justice sociale, idée formulée pour l’une des toutes premières fois en France par les saint-simoniens (1825-1832). Plus précisément, la justice sociale a émergé sous certaines conditions matérielles et intellectuelles. Ces conditions sont réunies par le saint-simonisme.

Observateurs des progrès réalisés grâce à l’industrialisation, les saint-simoniens ont montré que les moyens de production pourraient être distribués à tou(te)s. Cela constitue la condition matérielle.

L’esprit de la Révolution française, et surtout la Déclaration de 1789, a créé une atmosphère égalitariste : chaque individu devrait pouvoir améliorer son statut socioéconomique. Cela constitue la condition intellectuelle.

Les considérations saint-simoniennes de justice sociale reposent sur un critère spécifique: la capacité. En découle alors l’aphorisme fondateur de la doctrine saint-simonienne : « à chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres », aphorisme spécifiant les règles d’attribution des moyens de production et de distribution des récompenses. Le système saint-simonien prenait sa source dans leur volonté de fournir un système équitable d’opportunité basé sur le crédit bancaire. De telles considérations constituent la justice sociale saint-simonienne.

URL:  http://www.theses.fr/2017LYSES025

 

  • Marie Lauricella, “Une République d’associés. Histoire et analyse de la doctrine buchézienne (1825-1863), (29 novembre 2016).

Composition du jury:

Riccardo Soliani (rapporteur)

Roberto Baranzini (rapporteur)

Ludovic Frobert (dir thèse)

Manuela Albertone (dir thèse)

Jérôme Blanc (membre du jury)

Antonino De Francesco (membre du jury)

Résumé:

Les travaux sur la doctrine de Philippe Buchez et ses disciples ont principalement mis l’accent sur l’étude de l’association ouvrière de production, comprise comme un moyen d’organisation du travail et de redistribution de la propriété. L’enjeu de cette recherche est de prolonger ces analyses, en démontrant que le modèle associationniste des buchéziens, développé dans la première moitié du XIXème siècle français, dépasse le strict cadre de la sphère de production.

Au départ de ce travail réside ainsi l’hypothèse selon laquelle l’association ouvrière de production est constitutive d’un projet républicain au service d’une amélioration des conditions sociales du plus grand nombre. La singularité de ce modèle repose sur une répartition de la souveraineté économique et politique au sein d’une société civile structurée autour du système associatif. Ainsi, l’association ouvrière de production tient, à double titre, un rôle central dans la conception républicaine des buchéziens.

En premier lieu, elle constitue le vecteur d’une construction de la République au niveau national : le système associatif ne se réduit pas à la résolution de la question sociale, il constitue également un espace de socialisation républicaine des travailleurs. L’association représente un lieu d’apprentissage des valeurs et des pratiques de la République. Cette dynamique est en second lieu au service de la formation d’un modèle républicain au sein duquel la société civile joue un rôle central : dans le système buchézien, l’Etat revêt certes une forme républicaine, mais le caractère républicain de la nation doit être également porté par la sphère économique, organisée autour de l’association ouvrière de production.

Ainsi la République selon la doctrine buchézienne repose sur la construction d’une société civile structurée par des « petites républiques d’atelier », réalisant une citoyenneté à la fois dans la sphère politique et dans la sphère économique.

URL:  http://theses.fr/2016LYSEN054

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.