Tous les articles par Adrien Lutz

Deux Thèses en lien indirect avec l’ANR

  • Matamoros Isabelle, thèse en Littérature française, intitulée « Mais surtout, lisez ! : les pratiques de lecture des femmes dans la France du premier xixe siècle », préparée à l’IHRIM sous la direction de Christine Planté (Lyon 2, IHRIM) et de Rebecca Rogers (Paris V), soutenue à Lyon 2 le 30-11-2017. Jeune docteure intégrée depuis 2015 dans le groupe IHRIM-ANR sur « Femmes, féminisme, genre », recrutée comme ingénieure contractuelle dans le projet ANR ReMouS avec une mission particulière pour l’édition de La Femme libre.
  • Millet Guillaume, thèse en Littérature française, intitulée « George Sand, une esthétique didactique du roman (1840-1848) », préparée à l’Université Lyon 2 et à l’IHRIM sous la direction de Christine Planté depuis le 24-11-2014. Intégré depuis 2015 dans le groupe IHRIM-ANR sur « Femmes, féminisme, genre ».

Sept Thèses en cours liées à l’ANR

  • Delvallez Sophie, projet de thèse en Sciences de l’information et de la communication sur «La place des femmes dans l’espace public, une conquête discontinue : des saintsimoniennes aux réseaux sociaux ou l’actualité d’un féminisme oublié », sous la direction de Claire Blandin à Paris 13, depuis le 13-01-2019. Enseignante à l’IUT de Béthune-Université d’Artois, précédemment en thèse d’histoire à Paris 8 sous la direction de Michèle Riot-Sarcey. Membre du projet ANR dans le groupe IHRIM « Femmes, féminisme, genre » depuis 2015.
  • Fauconnet Tatiana, thèse en science politique, intitulée: « Qualité plutôt que capacité. Les ouvriers à l’Assemblée en 1848 et 1849. », IEP Lyon, dir. Frobert L. et Hayat S.
  • Gleveau Emmanuel, thèse en philosophie en préparation sur « L’ontologie socialiste de Léon Brothier », sous la direction de Juliette Grange, École doctorale Sciences de l’Homme et de la Société (Tours), thèse engagée depuis le 06-12-2016. Membre de l’ANR depuis 2015, et intervenant aussi sur la numérisation des journaux saint-simoniens.
  • Jouve Bernard, thèse d’histoire moderne et contemporaine sous la direction de Dominique Barjot (Paris 4) et Philippe Régnier (Lyon 2, IHRIM), soutenue à Paris 4 le 10 juin 2017. Ce travail avait été engagé en 2014, en lien avec la première présentation du projet ANR (dans une version coordonnée par Ph. Régnier).
  • Sánchez Calvo Sara, thèse en Études féministes de genre intitulée « la vie et le travail politique de la socialiste et féministe, avant la lettre, Jeanne Deroin (1805-1894) », sous la codirection de Asunción Bernardez Rodal, INSTIFEM, de l’Université Complutense de Madrid (UCM), et de Christine Planté, Lyon 2, engagée depuis 2015.
  • Schwanck Quentin, thèse en science politique, intitulée « L’administration capacitaire de la République chez Jean Reynaud », IEP Lyon (dir. Frobert L. et Hayat S.).
  • Shirase Sayuri, thèse en philosophie en préparation intitulée « Le concept d’administration dans le système industriel. Étude sur la pensée de Henri Saint-Simon », sous la direction de Juliette Grange à l’Université de Tours, engagée depuis le 21-10-2013, soutenance le 20 décembre 2019.

 

 

Deux Thèses soutenues liées à l’ANR :

  • Adrien Lutz,   “À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses oeuvres” Essai sur la justice sociale saint-simonienne, (30 août 2017)

Composition du jury:

Guido Erreygers, Professeur des Universités en sciences économiques, University of Antwerpen (rapporteur)

Marc Fleurbaey, Robert E. Kuenne Professor in Economics and Humanistic Studies, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, Princeton University (rapporteur)

Ludovic Frobert, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, ENS Lyon (Président du jury)

Juliette Grange, Professeure des Universités en philosophie, Université François Rabelais (membre du jury)

Danielle Zwarthoed, Chargée de cours en philosophie, Chaire Hoover d’éthique, Université Catholique de Louvain (membre du jury)

Antoinette Baujard, Maître de conférences HDR en sciences économiques, Université Jean Monnet (directrice de thèse)

Michel Bellet, Professeur des Universités en sciences économiques, Université Jean Monnet (directeur de thèse)

Résumé:

Cette thèse de doctorat s’intéresse à la naissance de l’idée de justice sociale, idée formulée pour l’une des toutes premières fois en France par les saint-simoniens (1825-1832). Plus précisément, la justice sociale a émergé sous certaines conditions matérielles et intellectuelles. Ces conditions sont réunies par le saint-simonisme.

Observateurs des progrès réalisés grâce à l’industrialisation, les saint-simoniens ont montré que les moyens de production pourraient être distribués à tou(te)s. Cela constitue la condition matérielle.

L’esprit de la Révolution française, et surtout la Déclaration de 1789, a créé une atmosphère égalitariste : chaque individu devrait pouvoir améliorer son statut socioéconomique. Cela constitue la condition intellectuelle.

Les considérations saint-simoniennes de justice sociale reposent sur un critère spécifique: la capacité. En découle alors l’aphorisme fondateur de la doctrine saint-simonienne : « à chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres », aphorisme spécifiant les règles d’attribution des moyens de production et de distribution des récompenses. Le système saint-simonien prenait sa source dans leur volonté de fournir un système équitable d’opportunité basé sur le crédit bancaire. De telles considérations constituent la justice sociale saint-simonienne.

URL:  http://www.theses.fr/2017LYSES025

 

  • Marie Lauricella, “Une République d’associés. Histoire et analyse de la doctrine buchézienne (1825-1863), (29 novembre 2016).

Composition du jury:

Riccardo Soliani (rapporteur)

Roberto Baranzini (rapporteur)

Ludovic Frobert (dir thèse)

Manuela Albertone (dir thèse)

Jérôme Blanc (membre du jury)

Antonino De Francesco (membre du jury)

Résumé:

Les travaux sur la doctrine de Philippe Buchez et ses disciples ont principalement mis l’accent sur l’étude de l’association ouvrière de production, comprise comme un moyen d’organisation du travail et de redistribution de la propriété. L’enjeu de cette recherche est de prolonger ces analyses, en démontrant que le modèle associationniste des buchéziens, développé dans la première moitié du XIXème siècle français, dépasse le strict cadre de la sphère de production.

Au départ de ce travail réside ainsi l’hypothèse selon laquelle l’association ouvrière de production est constitutive d’un projet républicain au service d’une amélioration des conditions sociales du plus grand nombre. La singularité de ce modèle repose sur une répartition de la souveraineté économique et politique au sein d’une société civile structurée autour du système associatif. Ainsi, l’association ouvrière de production tient, à double titre, un rôle central dans la conception républicaine des buchéziens.

En premier lieu, elle constitue le vecteur d’une construction de la République au niveau national : le système associatif ne se réduit pas à la résolution de la question sociale, il constitue également un espace de socialisation républicaine des travailleurs. L’association représente un lieu d’apprentissage des valeurs et des pratiques de la République. Cette dynamique est en second lieu au service de la formation d’un modèle républicain au sein duquel la société civile joue un rôle central : dans le système buchézien, l’Etat revêt certes une forme républicaine, mais le caractère républicain de la nation doit être également porté par la sphère économique, organisée autour de l’association ouvrière de production.

Ainsi la République selon la doctrine buchézienne repose sur la construction d’une société civile structurée par des « petites républiques d’atelier », réalisant une citoyenneté à la fois dans la sphère politique et dans la sphère économique.

URL:  http://theses.fr/2016LYSEN054

 

 

 

 

 

ESHET Conference (Lille, 23-25Mai 2019)

La Conférence internationale de la Société Européenne de l’Histoire de la Pensée Economique (ESHET) a eu lieu à Lille du 23  au  25 mai 2019. En lien avec l’ANR, une session sur l’utopie bancaire a été proposée par Nicolas Barbaroux (GATE Lyon Saint-Etienne, ANR Saint-Simonisme), sur le thème des “utopies bancaires”. Dans cette session, la place du saint-simonisme à son époque, mais aussi dans sa portée au XXIème siècle a été traitée et discutée avec les trois interventions ci-dessous :

Banking systems 4: Utopias
Chairperson: Erreygers Guido, University
of Antwerp
Location: Amphi Louise Michel (1st floor,
1.16)

– “A Decentralized Banking System: the 21st Century Utopia?”
Barbaroux Nicolas, Lutz Adrien
Presenter: Barbaroux Nicolas, GATE L-SE- Uiversity of Saint-Etienne
Discussant: McPhail Edward, Dickinson College

– “The Banking Utopia from Economists”
Coste Clément, Barbaroux Nicolas
Presenter: Coste Clément, Sciences Po Lyon
Discussant: Nersisyan Yeva, Franklin and Marshall College

– “A 19th century banking utopia: Prosper Enfantin’s “intellectual credit” project”
Bellet Michel, Thierry Demals and Alexandra Hyard
Presenter: Bellet Michel, GATE L-SE, University of Saint-Etienne and Université of Lille.
Discussant: Ludovic Frobert, CNRS/ENS-Lyon

“Y’a-t-il une économie politique républicaine ?” (Lille, 14 novembre 2018)

Au nom de l’ANR, Michel Bellet a fait une intervention sur le saint-simonisme et la république dans la journée d’étude du 14 novembre 2018 :

“Y’a-t-il une économie politique républicaine ?” Projet émergent de la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, MESHS Nord de France, 2 rue des canonniers, Lille.

Voir le programme complet de la journée d’étude ci-joint:

Nihon University College of Law Library’s Saint-Simon Collection Manuscripts of Saint-Simon

Un fonds de manuscrits de Claude Henri de Saint-Simon est détenu par l’Université Nihon à Tokyo. Le professeur Hiroshi KAWAMATA, de la Faculté de droit, en est le responsable. Mme le professeur Yasuko ESHIMA  (Faculté de droit de cette même Université), avait présenté l’intérêt de ce fonds et ses rapports avec le fonds dit de la Sicotière, lors d’une conférence organisée par l’ANR et la Société des Etudes Saint-Simoniennes le 9 février 2018, à Paris (Bibliothèque de l’Arsenal). Antérieurement, Mme GRANGE avait été invitée au Japon (octobre 2015) pour prononcer des conférences sur Saint-Simon et avait alors eu plusieurs rencontres avec des responsables et des chercheuses et chercheurs japonais.  Les spécialistes de Saint-Simon connaissent aussi les travaux plus anciens de Hiroshi Mori (aujourd’hui décédé), concernant en particulier la bibliographie de Saint-Simon (parue en Français) et les traductions en japonais. Nous espérons donc ici, grâce à l’Université Nihon de Tokyo et à sa Bibliothèque, faire fructifier une tradition de travail commun entre La France et le Japon concernant le saint-simonisme.


Pour une présentation du fonds, voir le site :   https://www.law.nihon-u.ac.jp/library/collection.html 


Ce fonds Saint-Simon, qui existe sous forme numérisée, et qui est géré par la Bibliothèque de la faculté de droit, a donné lieu à une demande d’accès par un prêt de cinq ans de la part de l’ANR Saint-Simonisme (représentée par le Pr. M. Bellet), du laboratoire UMR 5824 GATE Lyon Saint-Etienne, et de l’Université Jean Monnet Saint-Etienne, auprès de la Bibliothèque de la Faculté de droit (Université de Nihon). Ainsi, ce fonds sera alors consultable par les chercheuses et chercheurs habilités, sous l’autorité du professeur KAWAMATA et du professeur ESHIMA, et en lien avec le professeur BELLET, le professeur GRANGE et le CNRS (GATE), selon les termes précis du prêt. Dès sa signature, nous en préciserons les conditions d’accès. 

SÉANCE DU 14 décembre 2018 : Un saint-simonien à redécouvrir? Paul-Mathieu Laurent, dit Laurent de l’Ardèche (1793-1877).

Séminaire d’études saint-simoniennes

Intervenant: Arnaud Ramière de Fortanier, président de l’association du Souvenir et du canal de Ferdinand de Lesseps.

Date: 14 décembre (16 h à 17h30)

Après un point sur les connaissances, qui s’appuiera sur le don de ses papiers fait en 2007 par la descendance, le personnage de Laurent sera approché à travers la projection de l’album de photographies transmis par sa petite-fille, la comédienne Pauline Carton: on y voit toute une série de figures, grandes ou secondaires, de la légende saint-simonienne. Intervenant: Philippe Régnier, en conversation avec les représentants de la descendance (i. e. des familles Keilany et Perrin), ainsi que Yvan Chauviré, Nathalie Coilly (sous réserve), et Rémi Verron (bibliothécaire à l’Arsenal).


Carbonaro puis rédacteur du journal pré-saint-simonien Le Producteur sous la Restauration, Laurent créa en 1829 le premier périodique véritablement saint-simonien, L’Organisateur, et devint l’un des principaux prédicateurs de la doctrine de Saint-Simon après la révolution de 1830. Élu député du département de l’Ardèche en 1848, il siégea à l’extrême gauche avant de se rallier à Napoléon III, dans la droite ligne de ses grands succès de librairie personnels, deux essais où il avait pris, successivement et non sans contradiction, la défense de deux grands vaincus de l’Histoire, Robespierre et Napoléon Ier. Laurent eut un rôle majeur dans la transmission du saint-simonisme, d’une part, comme administrateur de la bibliothèque de l’Arsenal, en y accueillant les archives d’Enfantin, et, d’autre part, comme membre du conseil institué par Enfantin pour leur gestion, en assumant un rôle majeur dans l’élaboration et dans l’appareil de présentation historique de l’édition monumentale des « œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin.


Lectures conseillées:

D’abord, « Le journal de Laurent de l’Ardèche », un excellent article de Nathalie Coilly, plus panoramique que ne l’indique son titre, dans la Revue de la BnF ; et ensuite, la notice Wikipédia « Paul-Mathieu Laurent », qui fait partie des bonnes notices biographiques de cette encyclopédie.  

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h.

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. Cette séance est la dernière avant l’été.

L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe.

XVIIe colloque de l’association Charles Gide

Le XVIIe colloque de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique s’est tenu à Nancy fin septembre. Une session de l’ANR Saint-Simonisme 18-21 y était organisée, ayant pour objet : “Les économistes et le saint-simonisme”, avec 4 interventions (sur Walras, Pareto, Mason et Sraffa) qui s’interrogeaient sur la récurrence de l’actualité du saint-simonisme du XIXème au XXème siècles chez des économistes importants de la discipline. Par ailleurs, on pouvait trouver dans une autre session une intervention sur l’expérience entrepreneuriale de Saint-Simon, et la conférence de clôture portait sur les utopies, avec un partenaire de l’ANR. Voir le programme pour les précisions et les intervenants.

Macronisme et saint-simonisme

Depuis plusieurs mois, plusieurs journaux (Le Monde, Les Echos, en particulier) ont fait paraître des articles invoquant une filiation saint-simonienne chez le président Macron, ou chez l’ancien maire de Lyon, aujourd’hui Ministre de l’intérieur. Ces revendications de filiation ou d’inspiration ont suscité des débats divers, superficiels ou plus profonds. Les chercheuses et chercheurs de l’ANR Saint-simonisme ont donc cherché à introduire un point de vue calme, argumenté et sérieux, pluridisciplinaire, correspondant au travail que l’ANR a engagé. Ce point de vue est paru dans la rubrique “Idées” du journal Libération du 23 mars 2018. On trouvera ce texte ici :  macron_saint-simon

 

Séance du 8 juin 2018 : Questions saint-simoniennes et d’aujourd’hui à propos du canal de Suez et de l’exposition « L’épopée du canal de Suez. Des pharaons au XXIe siècle » (actuellement à l’Institut du Monde Arabe). 

Séminaire d’études saint-simoniennes

Questions saint-simoniennes et d’aujourd’hui à propos du canal de Suez et de l’exposition « L’épopée du canal de Suez. Des pharaons au XXIe siècle » (actuellement à l’Institut du Monde Arabe).

Intervenant: Arnaud Ramière de Fortanier, président de l’association du Souvenir et du canal de Ferdinand de Lesseps.

Date: 8 juin (15 h 30 à 17 h)

Pourquoi creuser le canal de Suez, selon quel tracé et avec quels moyens? Le sens initial du projet, dans l’esprit des saint-simoniens, dans les propos de Lesseps, et à partir des cérémonies d’inauguration de 1869.

Ferdinand de Lesseps était-il saint-simonien?

Dans quelle mesure peut-on considérer que le canal évolue aujourd’hui conformément aux desseins et aux prévisions de ses inspirateurs du XIXe siècle ?

Ancien élève de l’école des Chartes, A. Ramière de Fortanier a notamment été le responsable des archives de Marseille à l’époque où Gaston Defferre dirigeait cette ville. Il a tenu à ce titre un rôle éminent dans l’organisation de la série des manifestations relatives à « L’Orient des Provençaux », en particulier pour la section « Marseille et l’Égypte au XIXe siècle ». Il est l’auteur de l’article sur « La Compagnie universelle du canal maritime de Suez » dans le catalogue de l’exposition en cours à l’IMA. 

Après deux exposés introductifs, la séance prendra la forme d’une causerie avec l’auditoire.

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Lectures conseillées:

– Les pages de la la thèse de Jacques Canton-Debat sur Arlès-Dufour

– Les discours de Lesseps (1885) et de Renan (1885) en 1885, lors de la réception de Lesseps à l’Académie française

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h.

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. Cette séance est la dernière avant l’été.

L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe.

Robert Owen and Europe (Oxford, 4 et 5 juin 2018)

Dans le cadre d’un partenariat entre l’ANR 18-21 et l’Université d’Oxford, les journées d’étude (4 et 5 juin 2018) sur le thème « Robert Owen and Europe », auront lieu au Worcester College et à la Maison Française d’Oxford sous la direction de Michael Drolet (Worcester College), Ludovic Frobert (CNRS/Triangle) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/MFO).

Poster: Owen

Séance du 25 mai 2018: La transaction la plus productive du bien-être populaire

Séminaire d’études saint-simoniennes

Intervenant:

– Clément Coste,  maître de conférences en économie à Sciences Po Lyon (laboratoire TRIANGLE),

Date: 25 mai 2018 (15h – 17h)

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Lectures conseillées:

Comme lectures préparatoires, C. Coste propose plusieurs textes dont il est l’auteur:

  • un article publié (2016) sur la question abordée dans la présentation (financement de la dette publique chez les saint-simoniens)
  • l’introduction et le plan de sa thèse
  • un article publié (2017) en marge de la présentation sur la science sociale d’un jeune saint-simonien dissident (Pecqueur).

La séance sera ouverte par quelques paroles en mémoire de Michel Levallois, président de la Société des études saint-simoniennes, décédé le 29 avril dernier. 

Prochaine séance 2017-2018:  8 juin (sous réserve: autour du canal de Suez et de l’exposition actuellement présentée à l’IMA).

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Etienne), Ludovic Frobert (TRIANGLE, ENS Lyon),  Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe  Régnier (Société des études saint-simoniennes et IHRIM, CNRS-université de Lyon)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h. 

Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe. 

Décès de Michel Levallois, président de l’Association des études saint-simoniennes

Bonjour à toutes et tous,

Comme vous l’avez sans doute appris, le président de la Société des études saint-simoniennes, Michel Levallois, est décédé le 29 avril dernier. L’ANR Saint-Simonisme 18-21 est, avec toutes celles et ceux qui ont connu Michel, dans le désarroi et la peine. Michel Levallois a en effet joué un rôle majeur dans la connaissance, l’initiative savante et ouverte autour du saint-simonisme. En dehors même de ses publications (sur I. Urbain, sur l’orientalisme), son travail au sein de la Société, avec en particulier le séminaire régulier des études saint-simoniennes de l’Arsenal, a joué un rôle décisif : l’ANR n’aurait pu être obtenue sans le réseau qui s’était constitué antérieurement à l’aide de la Société, avec son soutien actif. Les liens entre l’ANR et l’Association ont dès le début été entretenus et soignés par Michel Levallois. Michel a joué un rôle important dans la mise en relation entre travaux de recherche et initiatives plus larges, avec la rigueur qu’on lui connaissait.

L’ANR veut donc témoigner de toute sa sympathie à la famille de Michel et à la Société des études saint-simoniennes, son secrétariat et ses membres. Elle souhaite participer activement aux hommages qui seront organisés en l’honneur de Michel et de son activité.

Bien cordialement à toutes et tous,

Michel Bellet, coordonnateur de l’ANR Saint-Simonisme 18-21.

Journées d’étude du 1er mars et 2 mars 2018, Lyon Centre Jean Bosco, Lyon

Le jeudi 1er mars et le vendredi 2 mars se tiendront à Lyon, au centre Jean Bosco (Fourvière) les deux journées d’étude de l’ANR Saint-Simonisme 18-21.

Il s’agit durant ces deux jours de faire le bilan des travaux effectués ou en cours, et d’avancer sur la signification du saint-simonisme aujourd’hui. Les journées se font en session plénière, afin de permettre les débats pluridisciplinaires, au sein de l’ANR, et avec l’apport de certaines chercheuses et chercheurs extérieur.es à l’ANR qui ont accepté de communiquer ou de suivre les sessions. Après une introduction portant sur l’historicité du saint-Simonisme, par Michèle Riot-Sarcey, quatre sessions de travail ou ateliers ont lieu : une portant sur “l’économie”, une sur le  “féminisme”, une sur la “religion”, et une sur le “républicanisme”. Ce sont donc les débats croisés qui sont recherchés dans cette initiative.

On trouvera ci-après le programme complet des journées et les modalités d’accès. Les personnes intéressées peuvent contacter Adrien Lutz : adrien.lutz@univ-st-etienne.fr

Programme

Accès au Centre Jean Bosco

Plan Métro-Jean Bosco

 

 

 

Séance du 9 février 2018 : La collection saint-simonienne du fonds Nihon (Tokyo)

Séminaire d’études saint-simoniennes

Séance organisée par Juliette GRANGE, professeur de philosophie à l’université François Rabelais (Tours) et membre du conseil d’administration de la Société des études saint-simoniennes, qui introduira la conférence en évoquant

La réception de Saint-Simon au Japon depuis le XIXe siècle et l’intérêt de l’Université japonaise actuelle pour Saint-Simon et le saint-simonisme

Intervenante: Mme Yasuko ESHIMA, professeur à la faculté de Droit de l’université Nihon (Tokyo), auteur en 2000 d’une thèse pour le doctorat ès Lettres de l’université Lyon 2 publiée en 2002 aux éditions du lérot sous le titre Le Christ fin de siècle. Contribution à l’étude de la spiritualité « décadente » en France

Mme Eshima présentera l’histoire du fonds Nihon, et, images à l’appui, décrira précisément son contenu, selon le plan suivant:

a) Les lettres autographes de Saint-Simon: leur spécificité par rapport à ses lettres déjà publiées dans les œuvres complètes, leurs variantes et leur intérêt.

b) Quelques éléments concernant les éléments saint-simoniens du fonds Nihon en rapport avec l’histoire du fonds La Sicotière et de sa dispersion en vente à Moulins.

Mme Eshima répondra ensuite aux questions et remarques de l’auditoire.

Date: 9 février 2018 (15h-17h)

Lieu: Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland)

Organisateurs: Michel Bellet (GATE, université de Saint-Étienne), Ludovic Frobert (Maison française d’Oxford), Michel Levallois (Société des études saint-simoniennes), Antoine Picon (LATTS, ENPC, et Harvard University Graduate School of Design), et Philippe Régnier (IHRIM, CNRS-université de Lyon, et Société des études saint-simoniennes)

Le séminaire se tient une fois par mois, le vendredi, à la Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IVe (métro Sully-Morland), de 15 h à 17 h. Il est ouvert à quiconque est intéressé par sa thématique ou par le sujet de la séance. L’invitation peut donc être transmise à d’autres destinataires. Les membres de la Société des études saint-simoniennes qui le souhaitent sont cordialement invités à se joindre au groupe.