Archives de catégorie : Publications

Deux Thèses en lien indirect avec l’ANR

  • Matamoros Isabelle, thèse en Littérature française, intitulée « Mais surtout, lisez ! : les pratiques de lecture des femmes dans la France du premier xixe siècle », préparée à l’IHRIM sous la direction de Christine Planté (Lyon 2, IHRIM) et de Rebecca Rogers (Paris V), soutenue à Lyon 2 le 30-11-2017. Jeune docteure intégrée depuis 2015 dans le groupe IHRIM-ANR sur « Femmes, féminisme, genre », recrutée comme ingénieure contractuelle dans le projet ANR ReMouS avec une mission particulière pour l’édition de La Femme libre.
  • Millet Guillaume, thèse en Littérature française, intitulée « George Sand, une esthétique didactique du roman (1840-1848) », préparée à l’Université Lyon 2 et à l’IHRIM sous la direction de Christine Planté depuis le 24-11-2014. Intégré depuis 2015 dans le groupe IHRIM-ANR sur « Femmes, féminisme, genre ».

Sept Thèses en cours liées à l’ANR

  • Delvallez Sophie, projet de thèse en Sciences de l’information et de la communication sur «La place des femmes dans l’espace public, une conquête discontinue : des saintsimoniennes aux réseaux sociaux ou l’actualité d’un féminisme oublié », sous la direction de Claire Blandin à Paris 13, depuis le 13-01-2019. Enseignante à l’IUT de Béthune-Université d’Artois, précédemment en thèse d’histoire à Paris 8 sous la direction de Michèle Riot-Sarcey. Membre du projet ANR dans le groupe IHRIM « Femmes, féminisme, genre » depuis 2015.
  • Fauconnet Tatiana, thèse en science politique, intitulée: « Qualité plutôt que capacité. Les ouvriers à l’Assemblée en 1848 et 1849. », IEP Lyon, dir. Frobert L. et Hayat S.
  • Gleveau Emmanuel, thèse en philosophie en préparation sur « L’ontologie socialiste de Léon Brothier », sous la direction de Juliette Grange, École doctorale Sciences de l’Homme et de la Société (Tours), thèse engagée depuis le 06-12-2016. Membre de l’ANR depuis 2015, et intervenant aussi sur la numérisation des journaux saint-simoniens.
  • Jouve Bernard, thèse d’histoire moderne et contemporaine sous la direction de Dominique Barjot (Paris 4) et Philippe Régnier (Lyon 2, IHRIM), soutenue à Paris 4 le 10 juin 2017. Ce travail avait été engagé en 2014, en lien avec la première présentation du projet ANR (dans une version coordonnée par Ph. Régnier).
  • Sánchez Calvo Sara, thèse en Études féministes de genre intitulée « la vie et le travail politique de la socialiste et féministe, avant la lettre, Jeanne Deroin (1805-1894) », sous la codirection de Asunción Bernardez Rodal, INSTIFEM, de l’Université Complutense de Madrid (UCM), et de Christine Planté, Lyon 2, engagée depuis 2015.
  • Schwanck Quentin, thèse en science politique, intitulée « L’administration capacitaire de la République chez Jean Reynaud », IEP Lyon (dir. Frobert L. et Hayat S.).
  • Shirase Sayuri, thèse en philosophie en préparation intitulée « Le concept d’administration dans le système industriel. Étude sur la pensée de Henri Saint-Simon », sous la direction de Juliette Grange à l’Université de Tours, engagée depuis le 21-10-2013, soutenance le 20 décembre 2019.

 

 

Deux Thèses soutenues liées à l’ANR :

  • Adrien Lutz,   “À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses oeuvres” Essai sur la justice sociale saint-simonienne, (30 août 2017)

Composition du jury:

Guido Erreygers, Professeur des Universités en sciences économiques, University of Antwerpen (rapporteur)

Marc Fleurbaey, Robert E. Kuenne Professor in Economics and Humanistic Studies, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, Princeton University (rapporteur)

Ludovic Frobert, Directeur de recherches CNRS en sciences économiques, ENS Lyon (Président du jury)

Juliette Grange, Professeure des Universités en philosophie, Université François Rabelais (membre du jury)

Danielle Zwarthoed, Chargée de cours en philosophie, Chaire Hoover d’éthique, Université Catholique de Louvain (membre du jury)

Antoinette Baujard, Maître de conférences HDR en sciences économiques, Université Jean Monnet (directrice de thèse)

Michel Bellet, Professeur des Universités en sciences économiques, Université Jean Monnet (directeur de thèse)

Résumé:

Cette thèse de doctorat s’intéresse à la naissance de l’idée de justice sociale, idée formulée pour l’une des toutes premières fois en France par les saint-simoniens (1825-1832). Plus précisément, la justice sociale a émergé sous certaines conditions matérielles et intellectuelles. Ces conditions sont réunies par le saint-simonisme.

Observateurs des progrès réalisés grâce à l’industrialisation, les saint-simoniens ont montré que les moyens de production pourraient être distribués à tou(te)s. Cela constitue la condition matérielle.

L’esprit de la Révolution française, et surtout la Déclaration de 1789, a créé une atmosphère égalitariste : chaque individu devrait pouvoir améliorer son statut socioéconomique. Cela constitue la condition intellectuelle.

Les considérations saint-simoniennes de justice sociale reposent sur un critère spécifique: la capacité. En découle alors l’aphorisme fondateur de la doctrine saint-simonienne : « à chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres », aphorisme spécifiant les règles d’attribution des moyens de production et de distribution des récompenses. Le système saint-simonien prenait sa source dans leur volonté de fournir un système équitable d’opportunité basé sur le crédit bancaire. De telles considérations constituent la justice sociale saint-simonienne.

URL:  http://www.theses.fr/2017LYSES025

 

  • Marie Lauricella, “Une République d’associés. Histoire et analyse de la doctrine buchézienne (1825-1863), (29 novembre 2016).

Composition du jury:

Riccardo Soliani (rapporteur)

Roberto Baranzini (rapporteur)

Ludovic Frobert (dir thèse)

Manuela Albertone (dir thèse)

Jérôme Blanc (membre du jury)

Antonino De Francesco (membre du jury)

Résumé:

Les travaux sur la doctrine de Philippe Buchez et ses disciples ont principalement mis l’accent sur l’étude de l’association ouvrière de production, comprise comme un moyen d’organisation du travail et de redistribution de la propriété. L’enjeu de cette recherche est de prolonger ces analyses, en démontrant que le modèle associationniste des buchéziens, développé dans la première moitié du XIXème siècle français, dépasse le strict cadre de la sphère de production.

Au départ de ce travail réside ainsi l’hypothèse selon laquelle l’association ouvrière de production est constitutive d’un projet républicain au service d’une amélioration des conditions sociales du plus grand nombre. La singularité de ce modèle repose sur une répartition de la souveraineté économique et politique au sein d’une société civile structurée autour du système associatif. Ainsi, l’association ouvrière de production tient, à double titre, un rôle central dans la conception républicaine des buchéziens.

En premier lieu, elle constitue le vecteur d’une construction de la République au niveau national : le système associatif ne se réduit pas à la résolution de la question sociale, il constitue également un espace de socialisation républicaine des travailleurs. L’association représente un lieu d’apprentissage des valeurs et des pratiques de la République. Cette dynamique est en second lieu au service de la formation d’un modèle républicain au sein duquel la société civile joue un rôle central : dans le système buchézien, l’Etat revêt certes une forme républicaine, mais le caractère républicain de la nation doit être également porté par la sphère économique, organisée autour de l’association ouvrière de production.

Ainsi la République selon la doctrine buchézienne repose sur la construction d’une société civile structurée par des « petites républiques d’atelier », réalisant une citoyenneté à la fois dans la sphère politique et dans la sphère économique.

URL:  http://theses.fr/2016LYSEN054

 

 

 

 

 

Publications liées à l’ANR (jusqu’à juillet 2017)

  • Ouvrages ou chapitre d’ouvrage (international) :
    • Non-Marxian socialist ideas in France (M. Bellet), in Faccarello G., Kurz H.D.(ed.), Handbook onthe History of Economic Analysis. Vol. II (2016), pp. 188-205 (Cheltenham Northampton, Edward Elgar.
    • Jean-Baptiste Say and political economy (G. Jacoud, avec le soutien de l’ANR dans le cadre d’un travail comparatif Say-St-simonisme en économie dans le premier tiers du XIXème siècle), 2016, Routledge (voir aussi autres textes)

     

    Revues à comité de lecture (national)

    • « Littérature et économie politique : une analyse comparée des approches de Saint-Simon et Jean-Baptiste Say » (G. Jacoud), L’Homme et la société, 2016/2 n° 200, pp. 151-170.
    • « L’esclavage colonial : une comparaison des approches de Say, Sismondi et des saint-simoniens » (G. Jacoud), Œconomia. History, Methodology, Philosophy, 2016, 6/3, pp. 363-402.
    • « ‘Venez à ce monde nouveau où tout est luxe, splendeur, beauté, amour, ineffables harmonies’. Note sur le luxe chez Fourier et les fouriéristes », Revue d’histoire de la pensée économique, 2016, n°1, pp. 197-217.

     

    Ouvrages ou chapitre d’ouvrage (national)

    • ‘L’analyse du système de Law par les saint-simoniens’ (G. Jacoud), in Magnot-Ogilvy F. (ed.), Gagnons sans savoir comment ! : représentations du système de Law du XVIIIe siècle à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (pp. 289-305).
    • Le docteur Ange Guépin. Nantes, du Saint-Simonisme à la République (Aussel M.), 2016, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
    • ‘Saint-Simoniens’ (Bellet M. et Lutz A.), 2017, in Cornu M., Orsi F., Rochfeld J. (sd), Dictionnaire des biens communs, Paris, PUF quadrige (pp. 1071-1074).
    • La critique saint-simonienne de la secte des économistes : un positionnement original (Bellet M.), 2017, in Klotz G., Minard P., Orain A. (sd), Les voies de la richesse. La physiocratie en question (1760-1850), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
    • L’essor du premier socialisme, France (1825-1851) (L. Frobert), 2016, in C. Charle, J ;_P. Laurent (dir.), La vie intellectuelle en France 19èmeme-20ème siècles, Paris, Seuil.