SÉMINAIRE “ENCYCLOPÉDIE NOUVELLE” (2019 – 2020) – Seance d’ouverture (Worcester college, 27 SEPTEMBRE 2019)

La première séance du séminaire pour l’année 2019-2020 s’est déroulée à la Maison française d’Oxford le 27 septembre 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Utopie » (Jules Mongin) par Thomas Bouchet,  « Botanique » (J. Young) par John Lidwell-Durnin et « Brahmanisme et Bouddhisme » (Pierre Leroux) par Aurélien Aramini.

Articles et présentations

Discussion

Cette séance de reprise s’est articulée autour de trois interventions riches d’enseignements sur les marges de manœuvre, modalités d’expression et champs de compétences des acteurs du corpus. L’exposé de Thomas Bouchet a attiré l’attention sur les « contributeurs discrets » réguliers de l’Encyclopédie, ceci à travers la figure de Jules Mongin, auteur de l’article « Utopie » et fidèle contributeur du corpus, auquel il participe du premier au dernier tome. L’article se révèle surprenant à de multiples titres, notamment parce qu’il traite en définitive fort peu de son sujet, délaissant l’utopie pour réfléchir aux notions de « Rêve », de « Réel », ou encore d’« Idéal » et de « Science ». En cela, l’article de Mongin rappelle le « Sommeil » de Leroux, qui traite pour sa part bien davantage du rêve et de l’âme que du sommeil à proprement parler.

Surtout, le peu de cas qui se voit fait de l’utopie découle d’un mépris certain, ce qui nous permet de mieux appréhender la question de « l’intensité doctrinale » au sein des divers espaces discursifs qui constituent l’Encyclopédie nouvelle. Contributeur mineur, Mongin semble avoir trouvé sa place au sein de l’Encyclopédie grâce à une réelle compatibilité idéologique avec ses directeurs, et tout particulièrement Reynaud. Fervent défenseur de la « doctrine du progrès et de la perfectibilité » annoncée par le prospectus de 1839, Mougin défend une vision des « utopistes » qui se place directement dans le sillage de celle de Reynaud (cf « Babeuf »). S’il rédige principalement de petites entrées purement informatives, notamment sur les questions historiques, Mougin apparaît ainsi comme un relais de confiance pour l’Encyclopédie, aisément mobilisable afin de rédiger des articles relativement mineurs, dont les directeurs désirent néanmoins qu’ils s’inscrivent bien dans le cadre général de leur pensée.

D’autres contributeurs occupent un champ de spécialisation bien plus marqué, tels que l’énigmatique « Young » (présentation de John Lidwell-Durnin), sur lequel aucune étude n’avait été auparavant conduite et dont l’identité a été finalement dévoilée à la suite des échanges tenus durant la séance, tout particulièrement entre les trois exposants. J. Young, (J. Jung en d’autres circonstances) rédige plus de 90 articles pour l’Encyclopédie, tous relatifs à la botanique et à l’agriculture. Au fil de ses interventions,  il développe une pensée cohérente et ambitieuse, appelant les travailleurs du végétal (fermiers, jardiniers ou amateurs), à s’impliquer dans les institutions scientifiques émergentes pour accélérer la marche de leur progrès. Ce faisant, Young se démarque comme un contributeur de poids dans l’Encyclopédie des premières années, puisqu’il prend en charge l’ensemble de sa dimension « végétale » pour y insuffler un sens global, disposant sans nul doute d’une certaine marge de manœuvre eu égard à ses compétences spécialisées.

            Enfin, l’intervention d’Aurélien Aramini permet d’approfondir notre compréhension de la pensée de Leroux, tout particulièrement sur les questions centrales de la religion et de de l’« Orient », thèmes qui finiront par diviser abruptement les deux directeurs de l’Encyclopédie et joueront un rôle majeur pour mettre un terme à leur collaboration. S’appuyant sur sa lecture du premier livre des Lois de Manou, le philosophe entreprend hardiment de restituer la tradition universelle de l’humanité à partir du berceau indien (Reynaud, pour sa part, privilégiera la piste irano-mazdéenne dans son article « Zoroastre »). Cette intervention a permis de mettre en relief l’importance des « segments discursifs » dans notre corpus, les positions intellectuelles de Leroux évoluant considérablement au cours des années 1830, tant en termes de vocabulaire que de préoccupations. Que ce soit ramenée à l’échelle du contributeur ou du corpus, la question de la temporalité s’avère tout particulièrement fructueuse, notamment autour de la période charnière 1839-1840, marquée par la publication d’un nouveau prospectus programmatique et le départ de Leroux.

cinquième SÉANCE DU SÉMINAIRE “ENCYCLOPÉDIE NOUVELLE” (MAISON FRANÇAISE D’OXFORD, 7 juin 2019)

La cinquième séance du séminaire s’est déroulée à la Maison Française d’Oxford le 7 juin 2019, elle fut consacrée à la présentation de trois entrée rédigées par Jean Reynaud : « Centralisation » par Andrea Lanza   « Société »par Michael Drolet et  « Encyclopédie » par Vincent Bourdeau

Articles et présentations

Discussion

La séance, intégralement dédiée à des articles rédigés par Jean Reynaud, a permis d’éclaircir la pensée du philosophe qui, resté seul directeur de l’Encyclopédie à partir de 1840, incarne sur le long terme son épicentre doctrinal et relationnel. Les présentations et échanges ont mis en lumière l’élan qui fut celui de Reynaud (exposé dans les différents résumés) mais ont également soulevé des questionnements et des zones d’ombre. Le positionnement de l’auteur de Terre et Ciel quant aux concepts d’égalité et de hiérarchie a centralisé l’essentiel des débats, et a rappelé l’importance du facteur temporel dans l’étude de notre corpus. Il semble en effet que les idées de Reynaud aient suivi une inflexion marquée au fil des décennies 1830 et 1840 (George Sand déplorant notamment en 1844 qu’il soit passé du côté de la « défense des castes »). En somme, outre les divisions idéologiques déjà relevées entre les directeurs et leurs contributeurs, ou entre les directeurs eux-mêmes, nous voyons que la question de la cohérence, de la continuité, ne peut manquer d’être levée pour chaque rédacteur individuel, au premier rang desquels Reynaud. Travailler sur des séquences historiques ou discursives particulières pourrait être un moyen de préciser quelles lumières apporter sur la pensée descontributeurs, y compris pour éviter de trop rapides évaluations d’incohérence : la pensée de Reynaud demeurant, par exemple, durablement irriguée et stabilisée par les notions clés de progrès et de solidarité.   

Quatrième SÉANCE DU SÉMINAIRE “ENCYCLOPÉDIE NOUVELLE” (IEP de Lyon, 3 mai 2019)

La troisième séance du séminaire s’est déroulée à l’IEP de Lyon le 3 mai 2019, elle fut consacrée à la présentation des entrées « Sommeil » (Pierre Leroux) par Thibault Debail,  « Écosse » et « Constant » (Théodore Fabas) par Anna Plassart et « Aérostat » (Franquet de Franqueville) » par Marie Thébaud-Sorger.

Articles et présentations

Discussion

Les trois présentations ont permis de mettre conjointement en lumière quelques-unes des plus notables spécificités éditoriales de l’Encyclopédie nouvelle. En effet, outre leur diversité thématique, les articles se démarquent surtout par leur fonction au sein du corpus. « Aérostat » est le plus classique eu égard au contexte encyclopédique de l’époque, il nous rappelle que l’Encyclopédie nouvelle regorge d’articles tout fait banals, purement informatifs et rédigés selon la norme du temps. « Sommeil » relève pour sa part d’une toute autre logique ; rédigé par Pierre Leroux lui-même, il n’est pas l’œuvre d’un expert mais celle d’un philosophe touche-à-tout dont les sources et les méthodes de travail s’avèrent pour le moins iconoclastes. Surtout, l’article est tributaire de l’histoire éditoriale de l’ensemble de l’Encyclopédie, puisqu’il va être l’occasion, pour son auteur, de traiter des thèmes qui, en raison des contraintes financières et temporelles, n’ont pu bénéficier de leur article propre (ainsi des notion de rêve et surtout d’âme, incontournable dans le cadre de la philosophie religieuse ébauchée dans l’Encyclopédie).

Enfin, les articles « Écosse » et « Constant », tous deux rédigés par Théodore Fabas, avocat républicain qui participe à l’Encyclopédie du premier au dernier tome, rappellent l’importance de l’intertextualité et des renvois d’article à article. En effet, Fabas se permet, avec ces deux textes, de filer une thèse globale sur le protestantisme et la civilisation anglo-saxonne, thèse qui lui permet de mettre en lumière leurs mérites historiquement circonscrits (« Écosse »), et surtout leurs limites (« Constant »). L’empreinte de Leroux et Reynaud est certaine sur ces deux articles, où se retrouvent nombre de leurs thèmes de prédilection. La figure de Reynaud est tout particulièrement discernable dans la valorisation de la tradition française par rapport à celle d’autres nations, décrites comme désormais secondaires dans la marche du progrès.

En somme, l’Encyclopédie révèle, de nouveau, une structure complexe et une logique singulière : organisée en cercles concentriques autour de ses maîtres d’œuvre, elle s’enrichit des contributions de collaborateurs de choix, favorisés pour leur conformité idéologique avec la direction (les rapports de force ne pouvant néanmoins être négligés), et s’oriente également, au gré d’articles plus conventionnels, vers des horizons purement descriptifs et techniques, au moins en partie pour des raisons financières. Dans cette perspective, il sera utile de se consacrer à une étude plus approfondie des professions représentées dans l’Encyclopédie nouvelle, où le poids des ingénieurs et des médecins apparaît déjà déterminant.